Plus que quatre petits chapitres…

La-route
Tout prend forme. Puis tout finit…
Plus que quelques pages et la route sera consumée.

Un court extrait. Sans repères.

 » Dans la nuit raide, les silhouettes électriques se jouent du chaos. Dans les yeux des autres, mon désespoir se pavane comme une maison témoin. Avec cet alcool à cran qui me sert de béquilles, je trimballe chaque soir mes névroses, encouragé par cette conviction de ne plus me restreindre. Le cerveau court-circuité. Les gencives à sang. Hermétique à l’appel de la raison. Insensible à ceux qui sortent de leurs gonds.
Le manteau des errances pendu sur le cintre de ma débauche, je peins alors la vie comme je l’ai toujours vue. En gris. Comme ce bitume rempli de blues qui dégueule sa position d’esclave.

Sans issue, je m’enfonce ainsi silencieusement dans ce rivage de l’écœurement, lui qui me connaît déjà si bien… »

SJ

Publicités