CHAPITRE 1

Parfois, on aimerait que certaines choses ne prennent jamais fin…

–           Serre !

Elle exécute l’opération sans broncher, invitant le nœud du foulard à se crisper délicatement autour de ma gorge. Condamné à subir l’emprise de ce cadenas qui m’enserre, mes doigts dociles arrachent alors la peau nue de ses hanches, tandis que ses lèvres gavées d’amour viennent s’échouer dans le creux de mon cou.

Mais pour elle comme pour moi, rien ne semble pouvoir nous perturber.

Absolument rien.

Dans cet hôtel du Faubourg Saint-Antoine où la ferveur sauvage a pris le pas sur la raison, nos corps en mal d’amour se consument plus qu’ils ne s’apprivoisent, propulsant la tension à un stade que nous n’avions jamais atteint auparavant.

More here

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s